Banneau
Culture

La Louisiane

par Mary AXTMANN

C’est dans l’État de Louisiane que se trouve le plus grand nombre de francophones aux États-Unis. En fait le pourcentage de francophones en Louisiane est plus élévé que sur l’ensemble du territoire canadien, quoique le français parlé par beaucoup d’entre eux ne soit pas facilement compréhensible par les locuteurs du français standard. La présence du français en Louisiane est le résultat de siècles de complexes échanges de toutes sortes – politiques, commerciaux, culturels et … amoureux - entre des gens originaires de trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Amérique de même que des îles des Caraïbes.

Ce territoire fut « découvert » en 1684 et réclamé pour la France. Des Français, principalement de la Bretagne, de la Normandie ainsi que des environs de Paris, s’y sont installés. Mais c’est à partir de 1755, après que la France a dû abandonner le Canada aux mains des Anglais que les habitants francophones, principalement de la région du Nouveau Brunswick (connu comme « l’Acadie ») ont souffert le « Grand Dérangement », leur éxil en Louisiane. Cette population francophone croissante sera augmentée par d’autres crises historiques comme la Révolution Haïtienne qui a forcé l’immigration en Louisianne d’anciens habitants français de l’île de Saint Domingue. Aujourd’hui, parmi les francophones de la Louisiane, on compte ces blancs d’origine européenne, des descendants d’esclaves venus d’Afrique (les « créoles »), et certains Amérindiens âgés. On emploi souvent le terme « cajun » pour se référer à tous les francophones de Louisiane. Plus précisément, il s’agit des originaires de l’Acadie, les « cadiens », l’orthographe préféré par leurs descendants aujourd’hui.

Dire francophone demande aussi une élaboration, car ce sont en réalité différents dialectes du français. Les spécialistes signalent l’existence du français cadien, du français napoléonien et du français « colonial » ou « de plantation » ; ensemble, ils forment le français « Lou », qui se caractérise par des différences importantes de prononciation vis-à-vis le français standard actuel et de grammaire, particulièrment en ce qui concerne les conjugaisons de verbes. Bien sûr, le Lou comprend aussi un lexique particulier, inspiré par des expressions en anglais, mais aussi par le français du XVIIème siècle, par des mots africains et par des vocables amérindiens. Ce mélange a produit un résultat aussi savoureux que les mondialement célèbres plats typiques de la cuisine « créole » de la Lousiane.

La manière la plus naturelle de découvrir ces variantes du français est bien dans la musique typique. Inspirée par les vieilles chansons traditionnelles de France et par leurs instruments, mais aussi par le jazz originaire de la Nouvelle Orléans, par le blues et d’autres influences du monde, la musique populaire la plus célèbre de nos jours est le Zydeco, connu aussi par le nom « Zaricot » qui provient du titre d’une chanson, « Les haricots sont pas salés », désastre culinaire que tout Portoricain peut comprendre !

Depuis 1968, le français, autrefois en risque de disparition, est soutenu par le Codofil (Conseil pour le développement du français en Louisiane). Au bout de 40 ans, donc, grâce à cette initiative, le nombre de francophones en Louisiane a augmenté et compte aujourd’hui au moins 250,000.

Et si on faisait un petit voyage ? La Louisiane, ce n’est pas loin ! Une culture riche et savoureuse vous y attend. Laissez les bons temps rouler !