Banneau
Culture

Le racisme en France

par Iris Carrillo

Le travail

Le constat en matière de préjugés, discrimination et stigmatisation est vraiment lourd. Les personnes d’origine étrangère sont victimes de discrimination à tous les niveaux sociaux : l’emploi, le logement, l’éducation, les loisirs. Ces discriminations et préjugés se manifestent de différentes manières : considérer les noirs ou les arabes comme des gens peu sérieux, auxquels il serait risqué de donner un emploi, ou encore les voir comme des gens sales et bruyants et refuser de leur donner un logement.

Dans le domaine du travail , les personnes d’origine étrangère ont de 3 à 4 fois moins de chance d’obtenir un entretien d’embauche que les Français d’origine. Et même quand ils l’obtiennent leur progression de carrière se révèle très limitée à cause de la sous représentativité des personnes issues de l’immigration.

En ce qui concerne l’accès au logement, publique ou privé, les personnes d’origine étrangère se voient reléguées à des véritables ghettos. Essayer de s’en sortir n’est pas tâche facile ; les offices et les HLM leur refusent l’accès à certains logements sociaux et c’est ainsi qu’ils se retrouvent dans des cités de banlieue ou dans des hôtels délabrés.

Les loisirs

La discrimination dans l’accès aux loisirs se manifeste par le refus de permettre l’accès en boîte de nuit à des groupes de jeunes « black » ou « beurs » à qui on interdit l’entrée dans ces établissements plus souvent qu’ à des groupes de blancs.

L’éducation

En matière d’éducation, malgré la démocratisation de l’enseignement, ce n’est pas du tout facile pour quelqu’un qui n’est pas blanc, issu d’une bonne famille et fils ou petit-fils d’un polytechnicien d’accéder au sommet.

Plus de 63% d’une classe d’âge obtient aujourd’hui le bac. C’est ainsi que des jeunes d’origine étrangère se retrouvent sur les bancs de la fac. Il y en a d’autres qui entrent dans les classes préparatoires, considérées comme le sésame pour réussir. Encore d’autres reçoivent des bourses de l’état ou de grandes entreprises. Mais cette démocratisation n’est pas parfaite et les enfants de familles immigrées continuent à souffrir à cause de leurs origines sociales. Il y a des statistiques qui montrent qu’un 18% de jeunes issues de l’immigration sortent chaque année sans qualification du système scolaire.

Dans les collèges, le système de méritocratie permet aux meilleurs élèves de quitter leur collège ghetto pour aller dans un bon établissement. Mais de cette mainère ces collèges ghetto, fuis par les meilleurs sont abandonnés à leur sort.

Quant aux Grandes écoles, l’accès à ces établissements d’enseignement supérieur reste assez limité pour les candidats issus de minorités. Beaucoup préfèrent entrer dans un Institut universitaire de technologie, qui permet de trouver un travail, que de s’embarquer dans de longues études qui coûten cher et qui ne garantissent pas l’embauche.

SOS Racisme-Touche pas à mon pote

SOS Racisme est une association de lutte contre le racisme depuis 1984.

Son président est Dominque Sopo, son vice-Président, Samuel Thomas et son Directeur général, Gillaume Ayne.

Cette association a pour mission de construire une société où chacun a le droit de vivre dignement quelles que soient ses origines, ses croyances religieuses ou ses pratiques culturelles.