Banneau
Langue

Histoire succincte de la forme négative

par José HERNÁNDEZ

Pour l'étudiant hispanophone, la forme négative double du français représente une énigme et même un casse-tête puisque l'espagnol, tel que les autres langues romanes, possède une forme négative simple. Observez:

Formes négatives
Français Espagnol
Elle ne mange pas. Ella no come.

Pour comprendre la forme négative française, il faut se remonter au Moyen-Âge lorsque le français dispose, comme ses langues soeurs romanes, d'une forme simple. En effet, au IX siècle, la forme négative du français est non. Mais, au fil du temps, cette forme tonique évolue et la voyelle nasale s'affaiblit. Elle devient atone: ne.

À la même époque, à cause de cet affaiblissement, certains mots qui renforcent l'idée de peu de valeur commencent à accompagner la forme négative: pas, mie (du mot miette = migaja), goutte, parmi d'autres. Cela devient une habitude de dire:

Apparition de la forme négative double
Français Espagnol
Elle ne marche pas. Ella no camina (un paso).
Elle ne boit goutte. Ella no bebe (una gota).
Elle ne moud grain. Ella no muele (un grano).

Petit à petit, ces mots deviennent des formes figées qui renforcent l'idée de la négation.

Déjà au XV siècle, les formes pas et point s'imposent comme les formes les plus courantes.

Par contre, au XVII siècle, le deuxième élément de la forme négative pas s'éclipse parce que ne est plus utilisé. De nos jours, cette tendance s'inverse puisque le français oral contemporain privilégie la forme pas pour construire la forme négative. Observez:

Simplification de la forme négative
Français standard Français oral contemporain
Tu ne vas pas la fac. Tu vas pas la fac.

Ces évolutions sont absolument normales puisque la langue est un organisme vivant.