Banneau
Grammaire

Révision de la troisième leçon

par José HERNÁNDEZ

Les verbes qui terminent par –ger et par –cer

Parmi les verbes réguliers du premier groupe, nous trouvons une petite quantité de verbes qui présentent une irrégularité de nature phonétique : pour pouvoir maintenir la prononciation ge et ce à la première personne du pluriel, nous devons ajouter un e et une ç respectivement :

Les verbes qui terminent par –ger et par –cer
manger commencer
Nous mangeons Nous commençons

Les verbes à deux radicaux

Un groupe de verbes présentent une irrégularité particulière : ils possèdent deux radicaux différents. Cette particularité se manifeste à la première et à la deuxième personne du pluriel : nous et vous.

Verbes à deux radicaux: boire
Singulier Pluriel
Je bois Nous buvons
Tu bois Vous buvez
Il/Elle boit Ils/Elles boivent

Les verbes à deux radicaux: prendre
Singulier Pluriel
Je prends Nous prenons
Tu prends Vous prenez
Il/Elle prend Ils/Elles prennent

Cette règle applique à tous les dérivés de prendre : apprendre, comprendre, surprendre.

Les verbes à deux radicaux: pouvoir
Singulier Pluriel
Je peux Nous pouvons
Tu peux Vous pouvez
Il/Elle peut Ils/Elles peuvent

Les verbes à deux radicaux: vouloir
Singulier Pluriel
Je veux Nous voulons
Tu veux Vous voulez
Il/Elle veut Ils/Elles veulent

Le verbe impersonnel « falloir »

Le verbe impersonnel « falloir » est conjugué uniquement à la troisième personne du singulier. Le sujet de ces verbes n’est pas réel mais plutôt abstrait.

Les verbes impersonnel: falloir
Infinitif 3e personne du singulier
Falloir Il faut

À l’interrogation, le "t" phonétique n'est pas nécessaire pour faire l’inversion : Faut-il.

L’article partitif

L’article partitif constitue une difficulté extraordinaire parce qu’il n’a pas d’équivalent absolu en espagnol. Il s’agit d’un article qui est utilisé pour évoquer une partie qui correspond à une totalité. Il s’applique à des objets que nous ne pouvons pas compter. Dans l’exemple suivant, on voit bien qu’avec le partitif on représente une partie de la totalité du café existant :

Par contre, si on précise la quantité, l’article partitif n’est pas utilisé :

Par règle générale, si on ne précise pas la quantité, on met le partitif en français alors qu’en espagnol on ne met rien. Si on précise la quantité en français, on la précise aussi en espagnol.

À la forme négative, le partitif se transforme en « de »

Le pronom adverbial « en »

Le pronom adverbial en est utilisé pour remplacer le partitif lorsque nous voulons éviter la répétition d’un substantif.

Ce pronom adverbial n’a pas d’équivalent absolu en espagnol. On peut le paraphraser de la façon suivante :

À la forme affirmative, il est placé immédiatement après le pronom sujet :

À la forme négative, il est placé après le premier élément de la négation et avant le verbe :

Avec le pronom adverbial, nous pouvons préciser une quantité :

Les adverbes

L’adverbe est un mot invariable qui apporte une information supplémentaire. Il modifie un verbe, un adjectif ou un autre adverbe.

Dans l'exemple précédent, l’adverbe très modifie l’adverbe vite.

Dans l'exemple précédent, l’adverbe trop modifie l’adjectif bête.

Voici les adverbes les plus fréquemment utilisés présentés par paires opposées : mal/bien, peu/beaucoup, assez/trop, souvent/quelquefois, jamais/toujours.

L’expression « ce que »

L’expression ce que est une expression indéterminée qui correspond à l’expression espagnole « lo que ».

Devant un mot qui commence par une voyelle, la conjonction « que » est élidée :

L’expression « ne que »

L’expression ne...que est une expression de restriction qui n’a pas de valeur négative. Elle équivaut à l’expression espagnole « más que ».

À la forme affirmative, elle est placée avant et après le verbe :

Cette expression peut être paraphrasée aussi de la façon suivante :

Attention, il s’agit ici d’équivalents. Cela (=ça) ne veut pas dire que ce sont des synonymes absolus.