Banneau
Culture

Le Liban

par Nadya ALSINA

Données démo-linguistiques du Liban
Pays ou région Republique libanaise
Capitale Beyrouth
Population 3.600.000 (2005)
Superficie 10 400 km2
Région de la planète Moyen Orient
Langues officielles Arabe et français
Fête nationale le 22 novembre
Monnaie Livre libanaise
Site web oficiel http://www.cdr.gov.lb/cdr/indexf.htm

Le Liban est un petit pays plutôt montagneux situé dans la région du Proche -Orient. Il partage ses frontières avec la Syrie au nord et à l’est , l’Israël au Sud et la mer Méditerranée à l’ouest. Sa capitale est Beyrouth. Le nom du Liban, en arabe Loubnân, signifie « montagne Blanche ». Le nom officiel du pays est la République libanaise.

Lorsque nous pensons au Liban, il nous vient à l’esprit l’image de la guerre. Cependant, le Liban est réputé dans le monde pour sa gastronomie. La musique libanaise est aussi très connue dans le monde arabe. Saviez-vous qu’a Baalbek, la Ville du Soleil du Liban, se trouve le seul temple de Jupiter qui existe au monde? Cette ville figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il existe au Liban une grande activité bancaire : à un moment donné le pays était considéré comme la Suisse du Moyen-Orient à cause des montagnes et des activités de commerce.

Le Liban, un très vieux peuple, a toujours été considéré comme un pont entre l’occident et le monde arabe. Durant des siècles, diverses civilisations ont occupé le Liban, à savoir : les civilisations phénicienne, égyptienne, perse, babylonienne, grecque, romaine, byzantine, arabe, ottomane, française, etc.…Tous ces peuples ont laissé leur trace dans l’architecture, la culture, et la religion. La France, à son tour, a pris possession du Liban en 1920, au lendemain de la Première Guerre Mondiale.

Le Liban a accédé à son indépendance en 1943. Plus tard, entre 1975-1989, le pays connaît une longue guerre civile qui oppose les chrétiens et les Palestiniens. Les accords de Taëf signés en 1989 pour mettre fin à la guerre ont l’objectif de rééquilibrer la distribution des pouvoirs entre les communautés religieuses. Aujourd’hui, toujours déchiré entre la Syrie et Israël, le Liban ne contrôle pas la totalité de son territoire. La situation actuelle du Liban est très tendue car le mouvement politique chiite libanais : Hezollah, connu aussi sous le nom du Parti de Dieu, cherche la création d’un état islamique sur le modèle iranien. À présent, les attaques et les bombardements, ainsi que la tension politique et religieuse, continuent.

Depuis 1943, le système politique du Liban est basé sur la répartition du pouvoir entre les communautés religieuses. Ce système s’appelle le confessionnalisme. Il existe au Liban six grandes communautés confessionnelles, de nature juridique, à savoir: les maronites, les grecs orthodoxes, les grecs catholiques, les sunnites, les chiites et les druzes. Ces communautés sont installées sur le territoire du pays qui est pour ainsi dire fractionné.

Ce climat difficile a provoqué l’exode d’une grande partie de la population libanaise. Les libanais vivant hors du Liban sont plus nombreux que les Libanais qui vivent au pays. Il y a une forte diaspora libanaise de 13 millions d’émigrés. En 2004 la population du Liban est estimée à 3,5 millions d’habitants.

Pays d’une grande diversité religieuse, les religions majoritaires des Libanais sont l’Islam et le Christianisme. Parmi les musulmans on peut grouper 60% de la population dont 35% seraient des chiites, 23% des sunnites, 5% des druzes et 1% des alaouites. Presque tous les autres Libanais sont des chrétiens, dont environ 24% de maronites, 13 % de grecs orthodoxes, 3% d’armeniens-orthodoxes et il y aurait en plus d’autres communautés qui n’existent qu’en très petit nombre.

Sur le plan linguistique on peut affirmer que l’arabe classique est la langue officielle du Liban. Ainsi, l’arabe libanais devenu langue d’usage connu aussi comme leventin du Nord est parlé par une majorité de 93,7% de la population.

Pour des raisons historiques le français et l’anglais demeurent des langues secondes du Liban; 45% des libanais parlent le français et 40% l’anglais. Le français jouit encore d’un statut privilégié notamment au niveau juridique mais aussi dans l’administration publique et dans la scolarisation. Il faudrait ajouter que 91% des Libanais sont scolarisés.

Quant aux médias, on peut constater qu’il existe au Liban un très grand nombre de magazines et 14 quotidiens dont 11 journaux sont en arabe, deux en français et un en anglais. Il y a aussi 5 chaînes de télévision et des stations de radios publiques et privées en plus des stations qui diffusent en français telles que RFI (Radio France Internationale).